Découvrez

Indécence

Ce que nous aimons dans l’indécence, c’est cette provocation désinvolte qui attise chez l’autre un désir charnel et ardent; cette séduction libérée de toute pudeur presque érotique à laquelle nul ne peut résister.

Les Bouches Rouges

Indécence

Cette bulle, c’est tout d’abord l’histoire d’une rencontre avec Céline Loberger, vigneronne en biodynamie à Bergholtz dans le Haut-Rhin en Alsace. C’était dans une petite foire aux vins organisée dans un hameau de la province de Luxembourg. Les Bouches Rouges ont de suite été charmées par les vins et par la vigneronne ! Une visite en terre alsacienne confirme la collaboration avec le Domaine Loberger.  Quand il a fallut choisir une bulle pour La Collection Les Bouches Rouges, cela n’a donc pas donné lieu à de longues tergiversations: “Indécence” serait un Crémant d’Alsace !
Indécence est élaborée selon la méthode traditionnelle (comme le Champagne) est un assemblage de trois cépages: Chardonnay, Auxerrois et Pinot Gris. Ce Crémant est extra brut c’est à dire qu’aucun sucre n’est ajouté tout au long de son élaboration. Indécence se déguste en toute occasion ! De l’apéritif en passant par les coquillages et crustacés, poissons, volailles ou autres fromages à croûte fleurie, ses arômes de fruits blancs et de fleurs blanches viendront sublimer vos moments de gastronomie et de convivialité !

Collaboration avec
Nelly Sanchez

“Des serpents sur les lèvres” est le titre original de ce collage. Il a été créé en 2008 à partir d’éléments trouvés dans des magazines de mode. Nelly habitait alors Carcassonne. C’est l’un des premiers grands formats qu’elle a réalisés ; jusqu’alors elle travaillait sur le format carte postale ou A4. 

Dès mes premières œuvres, la bouche rouge a été présente. Elle est même devenue un des motifs de mon univers et s'est chargée au fil du temps de nombreuses symboliques. Dans mes collages, elle représente la parole, la séduction, la pensée, le rêve...

Nelly Sanchez – artiste collagiste

À PROPOS DE NELLY SANCHEZ

Nelly Sanchez vit en Dordogne où elle exerce à la fois comme professeur et artiste plasticienne. Docteur en Littérature française, francophones et comparée, elle est spécialiste de littérature et de l'épistolaire féminin du XIXe et du XXe siècle. Elle a soutenu sa thèse, publiée en 2010, sur les "Images de l’Homme dans les romans de Rachilde et de Colette (1884-1943)". Elle est l’éditrice critique de titres comme "L’Ange et les pervers" de Lucie Delarue-Mardrus, du recueil "Les recettes des Belles Perdrix" et plus récemment "Renée Vivien. Lettres inédites à Jean Charles-Brun (1900-1909)".
Depuis une douzaine d'années, Nelly Sanchez est également collagiste plasticienne c’est-à-dire qu’elle colle, assemble des bouts de papier glacé volés aux pages des magazines qu’elle feuillette assidûment. Ses collages ont été exposés en France, en Belgique et en Italie. Certains ont été publiés dans différentes revues françaises, comme "Maisons Normandie", et anglo-saxonnes. Ils ont également illustré la traduction américaine de "La Vénus à la fourrure" de Sader-Masoch, coll. « Classics of passion », New Urge Editions (2015). En 2016, Nelly a réalisé l’affiche de la pièce de théâtre de Laurent Gaudé Médée Kali pour l’Exchange Theatre (Londres).
Ses collages s'inscrivent dans le prolongement de ses recherches universitaires sur l’écriture féminine de la Belle Epoque et surtout sur les archétypes et les stéréotypes féminins. Comme l'ont fait Frida Khalo et Leonora Carrington, Nelly joue avec les symboles de la représentation féminine. Elle revisite les mythes, les légendes comme celle de Mélusine, des Amazones, de Salomé ou de Lilith. Selon elle, le collage est le moyen le plus efficace pour remettre en question l’image de la Femme (et de l’Homme aussi !), de la faire voler en éclats à force de découpage, de s’en amuser également.
A la manière des surréalistes, Nelly laisse libre cours à son inconscient pour créer, élaborer ses collages. Elle joue avec les couleurs, les formes géométriques et les symboles, ce qui multiplie à l’infini le sens à donner à ses œuvres qui n’en finissent donc pas de raconter des histoires. Rien n’est jamais innocent ou laissé au hasard. Ce sont autant de portes entrebâillées pour renouer avec nos rêves, il faut juste oser franchir le seuil, traverser le miroir. Le titre donné aux œuvres est là pour attiser la curiosité. Ses collages font merveille pour illustrer des textes poétiques, des récits faisant la part belle à l’imagination, à l’onirique.
C’est un univers surréaliste, étrange et drôle parfois, qui est donné à découvrir. Chaque œuvre raconte une histoire mais c’est au spectateur d’en bâtir la trame à partir des éléments assemblés qui sont autant de symboles. Rien n’est innocent, le hasard n’existe pas dans ces assemblages. Les interprétations sont infinies, à la manière d’un kaléidoscope.
Précédent
Suivant

L’univers féminin de Nelly nous a tout de suite charmées. La femme est au coeur de son oeuvre et nous oeuvrons à mettre la femme au devant de la scène ! Nous avons été séduites par le côté mystique et poétique de ses collages par ailleurs également sarcastiques et décalés.  L’omniprésence de la bouche rouge dans ses compositions et la  touche de séduction voire d’indédence qu’elle apporte ne pouvait que nous donner l’envie de la contacter.

Les Bouches Rouges

Vous kiffez ses illustrations et vous voulez les retrouver dans votre salon ?

Notre site n'utilise aucun cookie. Néanmoins, des informations sont collectées afin d'assurer le bon fonctionnement de vos achats. Pour en savoir plus, consultez notre politique de confidentialité.

Les Bouches Rouges vous souhaitent la bienvenue !

Bien que passionnées par la dive bouteille, nous prônons une consommation d’alcool modérée et responsable. Pour accéder à notre site, vous devez être âgé de 18 ans ou plus.

Avez-vous plus de 18 ans ?